Le projet français CIRCLE : l’impression 3D au service de la dentisterie

 
Biotech Dental est un acteur français de référence sur le marché de la santé et s’est spécialisé dans l’implantologie dentaire : il fabrique aujourd’hui des implants et prothèses dentaires, gouttières, offre des scanners intra-oral, etc. Le français a créé en 2016 le projet CIRCLE afin d’optimiser tout le processus des prothésistes dentaires. Nous avons rencontré son fondateur, Philippe Veran, pour qu’il nous explique plus en détail l’ambition de ce projet, la façon dont CIRCLE fonctionne et comment il voit le futur de l’impression 3D dans le secteur dentaire.

Interview

Pouvez-vous vous présenter et votre rôle chez Biotech Dental ?

Philippe Veran, je suis le Président Directeur Général du Groupe Biotech Dental qui a été créé en 1987 et le fondateur de CIRCLE en 2016.

Comment est né le projet CIRCLE et qu’apporte-t-il de nouveau à la dentisterie ?

CIRCLE regroupe un ensemble de savoir-faire techniques, numériques et technologiques, permettant la fabrication de produits de qualité à des tarifs très compétitifs.

Notre savoir-faire unique dans la fabrication additive et dans le domaine de l’usinage de haute précision ont permis de mettre au point des processus de fabrications hybrides qui offrent des solutions révolutionnaires.
 
CirclePhilippe Veran
En effet, nous avons constaté au sein des laboratoires Français un abandon par les jeunes prothésistes, notamment dans la réalisation de prothèses amovibles. Cela laisse la porte grande ouverte à l’importation sur le sol français de prothèse chinoise ou étrangère en général. A cela s’ajoute un problème de rentabilité dans la réalisation de ces produits qui se veut très chronophage.

Peu d’industriels se sont positionnés sur ce marché, mais Biotech Dental a investi massivement en R&D sur ce domaine et a déposé de nombreux brevets, pour pouvoir apporter des solutions rentables et pérennes à ces acteurs.

Nous apportons donc de nouveaux processus numériques sur des produits délaissés par beaucoup de laboratoires et nous formons à ces nouveaux flux numériques.

Nous pouvons également accompagner les laboratoires lors du choix des différents équipements, pour les adapter à leur typologie et leur organisation. Nous avons donc qualifié des logiciels de modélisation et des scanners 3D, simplifié des logiciels d’usinage, testé et optimisé des machines d’impression 3D résine et d’usinages, mais également créé un centre d’usinage spécifique dans la vallée de Larve pour répondre à tous les besoins de production d’un laboratoire.

Circle

Des prothèses dentaires en stellite

Quel est le lien entre CIRCLE et l’impression 3D ?

Le groupe Upperside Capital Partners regroupe aujourd’hui une quinzaine de sociétés, dont Biotech Dental et CIRCLE, mais aussi Polyshape, un des leaders européens de la fusion additive. Cette dernière possède une maitrise unique dans cette technologie pour des secteurs comme l’aéronautique, l’aérospatial ou la Formule 1, et nous a permis de bénéficier de son savoir-faire et ses ingénieurs, pour développer des processus de fabrication optimisés, tester et qualifier des poudres titanes ou chrome cobalt et optimiser le temps de fabrication d’une pièce prothétique métallique. Cela nous permet aujourd’hui de délivrer des prothèses sur mesure d’une extrême qualité à un prix jamais proposé à ce jour.

Pour la partie résine, nous avons également sollicité nos propres ingénieurs, et avons déposé plus d’une dizaine de brevets sur des machines d’impression, pour permettre à l’ensemble de la profession des prothésistes d’accéder à une prothèse de qualité, 100% made in France, au meilleur prix.

Quelles machines utilisez-vous ?

Nous utilisons les machines Trumph CR/CO et titane pour la fusion laser dans l’implantologie ; celles d’EOS pour les prothèses partielles métalliques et enfin les imprimantes de Stratasys pour la réalisation de complets résines qui correspondent aux dentiers.

Circle

L’imprimante 3D Objet500 Dental Selection de Stratasys

Quels sont les étapes de fabrication de votre prothèse dentaire ?

Les étapes pour le dentiste restent les mêmes excepté s’il utilise l’empreinte optique Condor, qui permet d’avoir un fichier numérique directement à partir du cabinet dentaire et d’augmenter la précision de l’empreinte en évitant les coulées de plâtre.

Pour le prothésiste, le schéma est simple : il scanne les empreintes ou réceptionne le fichier numérique directement ; il modélise leur prothèse, nous envoie le fichier à travers une interface très ergonomique spécialement développée pour eux, et réceptionne in fine le produit sur mesure qu’il a commandé pour caractérisation.

Quel est l’avenir pour l’impression 3D dans la dentisterie ?

Circle

L’imprimante Truprint

L’impression 3D est en pleine expansion sur le marché du dentaire par les nombreuses possibilités de personnalisation et de développement qu’offre cette technologie.

Il s’agit également de la seule technologie qui consomme uniquement la quantité nécessaire pour la réalisation des produits, ce qui offre des gains de productivité considérables et permet à tous les acteurs de la chaine  de maitriser leurs marges.

Un dernier mot pour nos adhérents?

Un petit mot pour dire que Circle est une société collaborative, qui est à l’écoute de ses clients exclusifs – les prothésistes dentaires ; qui est en perpétuelle recherche de nouvelles technologies, de nouveaux produits, de nouvelles machines afin d’apporter le plus grand bénéfice à nos clients.

Nous recherchons un nouvel état d’esprit positif au travers de la technologie, une production qualitative, avoir une interface production pour les laboratoires qui permet de suivre en permanence la fabrication et livraison des pièces confiées à Circle, ce qui permet de soulager chacun de nos clients.

Notre volonté est d’accompagner les prothésistes dentaires dans cette révolution numérique, et on estime que 40% des laboratoires de prothèses devraient encore muter vers cette technologie.

Circle deviendra très rapidement leader sur ce marché par sa qualité de production et son approche innovante.

Quel est l’avenir de l’impression 3D pour la dentisterie et l’Orthodontie ?
Brackets individualisés imprimés ?

 

Article 3Dnatives.com

Le marché de l’impression 3D dentaire en plein boom



 

L’entreprise SmarTech Publishing a dévoilé son dernier rapport sur le marché de l’impression 3D dentaire : celui-ci devrait connaître une croissance de 9,5 milliards de dollars d’ici 2027. Le rapport explique que l’industrie dentaire a augmenté de plus de 35% d’une année à l’autre pour la deuxième année consécutive en 2017. Des chiffres prometteurs qui montrent toutes les opportunités de la fabrication additive dans ce secteur. Le rapport présente également toutes ses prévisions 2027 que ce soit sur les équipements, les matériaux ou encore les parts de marché.

Cette croissance annuelle de 35% est le résultat direct d’une acceptation et d’une adoption des technologies 3D sur le marché dentaire. De plus en plus d’acteurs, que ce soit des prothésistes, dentistes, laboratoires se tournent vers elles pour produire plus efficacement leurs solutions, en complément des méthodes d’usinage classiques que nous connaissons. Le rapport déclare : “Aujourd’hui, dans un contexte de laboratoire, il est fréquent d’avoir des solutions à la fois soustractive et additive qui coexistent dans une stratégie de flux de travail numérique.”

impression 3D dentaire

Crédits photo : 3D Systems

Les dentistes du monde entier auraient en effet identifié depuis longtemps que la dentisterie numérique représentait l’avenir de l’industrie. En effet, l’impression 3D est bien placée pour devenir le premier processus numérique dans la fabrication dentaire grâce à sa flexibilité dans la production, son efficacité et précision, que ce soit pour fabriquer des aligneurs orthodontiques, des prothèses ou des couronnes dentaires. Le projet français CIRCLE est un exemple de ce que les spécialistes dentaires cherchent aujourd’hui à faire grâce à la fabrication additive.

 

SmarTech Publishing affirme que pendant ces dix prochaines années, les technologies 3D basées sur le métal et sur les résines deviendront la principale méthode de production pour toutes les restaurations dentaires, couvrant à terme toute la gamme des prothèses dentaires. SmartTech explique que les solutions d’impression 3D résine de bureau inférieures à $5000 joueront un rôle majeur dans la croissance de l’impression 3D sur le marché dentaire. SmarTech estime que Formlabs a augmenté sa part de marché de plus de 20 fois au cours des deux dernières années avec son imprimante 3D Form 2 et ses résines dentaires certifiées.

 

impression 3D dentaire

Les solutions de Formlabs

La fabrication additive métal quant à elle devrait jouer un rôle important dans ce secteur, notamment pour la production d’implants en métal direct. Le rapport estime que d’ici 2024, l’impression 3D métal externalisée pour fabriquer ces implants dépassera le milliard de dollars.

 Retrouvez tout le rapport de SmarTech Publishing sur leur site officiel.

Quel est l’avenir de l’impression 3D sur le marché dentaire?

EnvisionTEC reçoit le feu vert de la FDA pour son nouveau matériau d’impression 3D dentaire

 

 

« E-Denture donne à nos propriétaires d’imprimantes 3D la possibilité d’imprimer encore plus de matériaux »

Fabricant d’imprimantes 3D leader sur le marché de la dentisterie, l’allemand EnvisionTEC a reçu le feu vert de la FDA (Food and Drug Administration) pour son nouveau matériau d’impression 3D dentaire E-Denture. Compatible avec la gamme Perfactory d’EnvisionTEC, cette nouvelle résine déclinée dans quatre nuances a été spécialement développée pour la production de prothèses amovibles réalistes. « Ce nouveau matériel élargit le catalogue de matériaux dentaires d’EnvisionTEC déjà leader dans cette industrie« , a commenté le directeur général d’EnvisionTEC Al Siblani. « Plus important encore, E-Denture donne à nos propriétaires d’imprimantes 3D la possibilité d’imprimer encore plus de matériaux. »

Disponible à partir du troisième trimestre, E-Denture.vient renforcer une offre déjà très étoffée comprenant 12 résines parmi lesquelles E-Model et E-Appliance, destinées à la fabrication de modèles dentaires ou orthodontiques; Press-E-Cast et E-Partial, pour imprimer des couronnes et des bridge, Clear Guide et E-Guide Tint, utilisées pour la fabrication de guides chirurgicaux, E-Guard, pour les gouttières d’apnée et occlusales, E-BID pour la fabrication d’attaches orthodontiques ou encore E-GUM pour l’impression de masques gingivales flexibles.

Vida cDLM

Cette annonce survient quelques mois après le lancement de la Vida cDLM, une imprimante 3D exploitant une technologie similaire à la DLP mais 10 fois plus rapide. Dotée d’un volume de construction de 94 x 54 x 100 mm, la Vida cDLM propose une résolution de 50 microns sur l’axe XY et 25-100 microns sur l’axe Z selon le matériau.

Principal concurrent d’EnvisionTEC l’américain Formlabs lançait en début d’année deux nouvelles résines d’impression 3D pour le dentaire, la Dental LT Clear et Dental Model. Dans ce secteur en plein essor où de plus en plus de fabricants arrivent sur le marché, citons également l’américain Asiga et l’italien DWS Systems.

réunion les 13 et  14 janvier 2018 à BERGERAC : programme.

programme du samedi 13

  • Accueil petit déjeuner
  • Visite du cabinet (makaremi-orthodontie.fr)

Résultat de recherche d'images pour "makaremi masrour"

  • Analyse du rôle et l’évolution du numérique dans les différentes postes :
    • Communication patient,
    • recueil données cliniques, diagnostic,
    • commandes CAD/CAM,
    • impression 3D
  • Réflexion sur la gestion du Worklow numérique: comment s’inspirer de ce qui existe déjà dans d’autres disciplines, quel abords aux problématiques spécifiques à l’ODF

programme du dimanche 14

  • Les enjeux d’une nouvelle interface : comment soulager la charge cognitive du praticien.
  • Discussion ouverte avec un programmateur en informatique